En attendant le bilan du festival de Dour qui va arriver la semaine prochaine, on vous propose de (re)vivre le concert de Nas sur la plaine de la machine à feu. C’était sans doute le concert évènement de cette 26 édition du festival et on peut remercier Sourdoreille d’avoir filmé ce concert spécial pour les 20 ans du légendaire album de Hip Hop Illmatic !!!  

Deuxième playlist du mois de septembre : Radical Touch #2 (septembre 2014) 

Pour cette deuxième playlist, on envoie du lourd coté électro avec que du neuf : Caribou, Aphex Twin, Basement Jaxx, Oceaan. Vous aurez aussi droit à une double ration de Chilly Gonzales et on vous a aussi concocté quelques découvertes comme Brace! Brace! et Bodybeat !

  1. Our Love - Caribou - Our Love (19 aout 2014)
  2. Tap Dance - Octave Minds feat. Chance The Rapper & The Social Experiment - Octave Minds (15 septembre 2014)
  3. I - Kendrick Lamar - I (23 septembre 2014) 
  4. Beats On The Moon - Brace! Brace! - Worries (2014) 
  5. Violent Shiver - Benjamin Booker - Benjamin Booker (19 aout 2014) 
  6. Half Ladies - Christine and the Queens - Chaleur Humaine (2014)
  7. Funky Thing - Bodybeat - Bodybeat (2014) 
  8. Peter Jr. - Mozes And The Firstborn - Mozes And The Firstborn (2013) 
  9. You Can Dance - Chilly Gonzales - Ivory Tower (2010) 
  10. To Lose - Oceaan - The Oceaan E.P (2014) 
  11. Never Say Never - Basement Jaxx - Junto (25 aout 2014) 
  12. Sole Brother - Born Ruffians - Say It (2010) 
  13. The Gospel of John Hurt - Atl-J - This is All Yours (22 septembre 2014)
  14. How Do You Do ? - Hot Chip - In Our Heads (2012)
  15. minipops 67 (120.2)(source field mix) - Aphex Twin - Syro (19 septembre 2014)

Enjoy !!! #RadicalTouch  

Deuxième bilan des festivals de l’été, l’éco festival : LE CABARET VERT !

Avant tout, il faut préciser que ce bilan portera uniquement sur la journée du samedi parce que c’est le seul jour où Radical Touch était présent. 

Ca faisait longtemps qu’on voulait faire le cabaret vert et pour le 10e anniversaire du festival, on sait motivé chez Radical Touch et on a pas été déçu ! 

image

Les points positifs : 

La situation du festival : Parce que créer un festival dans les Ardennes, où il faut le dire il ne se passe pas grand choses pendant l’année c’est super courageux. De plus, ce festival se passe dans le centre-ville de Charleville-Mézières et c’est rare de voir des festivals aussi gros décider de rester en ville et de faire fonctionner l’économie local et permettre aux gens qui n’ont peut être pas forcément les moyens de partir en vacances de faire quelque chose pendant l’été. 

Un festival pas seulement de musique : Parce que c’est quand même rare en France d’avoir un aussi grand évènement qui rassemble musique, BD, cinéma, arts de rue et village associatif. Cela permet au festival de se créer une identité forte, de proposer aux festivaliers quelque chose de nouveau par rapport aux autres festivals. Enfin cela permet aux festivaliers de découvrir de nouveaux arts, artistes, association alors qu’ils étaient peut être venu uniquement pour les concerts. 

L’aspect écologique du festival : Parce que c’est dans ce sens que les festivals vont devoir évolué ! Chez Radical Touch, on a été séduit par les toilettes sèches après plusieurs déception dans d’autres festivals, ici pas d’odeurs, les toilettes sont plus propre que ce habituels et il y a un spray hypoallergènique à la sortie pour ne pas consommer d’eau. On a aussi aimé l’abondance de poubelles (avec tri sélectif) sur le site, ce qui permet de ne pas nager dans une énorme mer de gobelets plastiques (même si il y en avait tout de même ). 

La scène du temps des cerises : Parce que ça commence à devenir rare ce genre de scène intimiste avec une ambiance plus club et où on peut venir se ressourcer à l’abri des foules. De plus c’est là qu’on a vu notre meilleur concert au Cabaret Vert et on nous a dit que le concert de Salut c’est cool sur la même scène la veille était totalement fou ! 

image

Le festival à 5€ le dimanche : Parce que le festival pense aux personnes qui n’ont peut être pas les moyens pour se payer un jour de festival (36€) où tout simplement un concert. En plus, de proposer des tickets pour le dimanche à un prix méga attractif, le festival propose une programmation de qualité, pas sûr que pour 5€ il est possible de voir Patrice, Kaiser Chiefs, Thee Oh Sees et pleins d’autres, ailleurs qu’au Cabaret Vert ! 

Les points négatifs :

Le site du festival : Pour un festival qui se veut écolo, son site n’est sans doute pas le plus approprié. En effet, la scène principal se trouve sur un terrain de football et la tour qui trone juste à coté du site ne fait très vert. Mais bon le principal atout du site de ce festival c’est quand même son positionnement dans le centre ville de Charleville-Mézières. 

La désertation du festival après 1h30 du matin : On a été assez surpris de voir qu’après les concerts de Shaka Ponk et Salut c’est cool, tout le monde partait, on avait envie de crier “Hé les gars revenez, il reste Jagwar Ma et ça va tout déchirer” mais on l’a pas fait surement parce qu’on était pas assez alcoolisé. Enfin bref, on a était déçu de voir que les gens venait apparemment uniquement pour les têtes d’affiche et pas vraiment pour les découvertes (et encore Jagwar Ma n’est pas vraiment une découverte). 

La bière : C’est pas parce que la bière est régionale qu’elle est forcément bonne ! Rien ne vaut une bonne jupiler #belgique ! 

Les 2 meilleurs concerts : 

N°1 : Bodybeat : Les lillois était au festival dans le cadre d’un échange d’artistes entre le Cabaret Vert et Les Nuits Secrètes (qui aura droit à son bilan). Les ayants raté aux nuits secrètes, on était très chaud pour ce concert, de plus que tout était en place pour bien tout déchirer : l’horaire (11h50) parfait et la scène (le temps des cerises) parfaite. Les lillois nous ont bien évidemment faire groover pendant une heure et ce qui nous a marqué c’est la spontanéité du groupe, pas besoin d’artifice : une batterie électronique, une basse, une guitare, un clavier et c’est parti ! 

ci dessous la vidéo du concert sauvage de Bodybeat le dimanche : 

https://www.youtube.com/watch?v=yyAyT1u_K7g

N°2 : Jagwar Ma : On les avait vu au festival de Dour et honnêtement c’était LA claque du festival. Autant vous dire qu’on les attendait de pied ferme pour ce dernier concert du samedi au cabaret vert. Les australiens ont réussi l’exploit de faire danser les quelques 4000 festivaliers restant, ce qui n’était pas une mince affaire avec seulement 4°C au thermomètre pendant la nuit de samedi. Là encore ce qui nous a frappé c’est l’idée de : on s’en fou de tout, on y va et on déchire tout ! 

image

Le pire concert :

C’est bien sûr Shaka Ponk qui remporte ce prix du plus mauvais concert. Pour tout vous dire on a fait que passer devant pendant environ 2min et ça nous a largement suffi, une installation scénique du pire goût, des cris dans tout les sens pour essayer de garder les festivaliers devant le concert, un mélange horrible entre “electro” et “rock” et ça fait une magnifique bouillie musicale. 

Note : 3,5/5

Attention deuxième playlist du mois de septembre et bilan du festival de Dour en approche !!! #RadicalTouch

Premier bilan des festivals de l’été, l’énorme festival belge : ROCK WERCHTER !

On commence fort ce bilan des festivals de l’été, avec le gigantesque festival flamand : Rock Werchter. 

L’adjectif gigantesque est sans doute ce qui convient le mieux à ce festival, aussi bien du point de vue de la programmation que du point de la taille du parc du festival. En effet, il n’y a pas plus d’une dizaine de festivals dans le monde capable de programmer autant de têtes d’affiche sur 4 jours et d’accueillir 88 000 festivaliers par jour.

image 

Les points positifs :

 L’organisation : très peu de queues à l’entrée du festival et du camping, pratiquement pas de retard dans les concerts, jamais de queues aux buvettes, aux stands de restaurations et aux stands de tickets. 

La programmation (of course) : quand faut faire un choix entre Franz Ferdinand et Foals (chez Radical Touch on a choisi Foals) ou entre MGMT et Kings Of Leon (on a choisi Kings Of Leon), c’est qu’il y a quand même un sacré niveau. 

La diversité des nationalités dans le public : Ouais parce que c’est quand même sympa d’attendre avant un concert et d’entendre à ta droite de l’espagnol, à ta gauche de l’anglais, devant toi de l’allemand et derrière toi du néerlandais (bon ok les deux dernières sont pas les langues les plus sexy).

Les belles flamandes : Parce que quand un concert est pourri tu peux toujours regarder les belles flamandes au dessus de la foule.

Les points négatifs : 

Le monde : 88 000 festivaliers c’est trop pour apprécier un festival correctement. En effet, on sait plusieurs fois avoir parce que à Rock Werchter pour avoir une place à peu près potable faut arriver 15 min à l’avance (pour les concerts sous les chapiteaux) et au moins 30 min à l’avance (pour les concerts sur la main stage ). 

La Main Stage : Sur les vidéos des aftermovies, on vous vend cette scène comme “the place to be” où il y a une ambiance de fou et où les concerts sont tous exceptionnels. Mais en réalité c’est une tout autre histoire. En effet il est pratiquement impossible pour les artistes de faire un bon concert devant une plaine de 70 000 personnes qui s’étend sur plusieurs centaine de mètres. Il est aussi difficile pour les festivaliers d’apprécier un concert, quand ils sont à plus de 50 m et qu’ils doivent regarder le concert sur les écrans géants. Même pour les festivaliers tout proche de la scène c’est pas la joie, celle-ci est tellement imposante que sa hauteur bouche la vue aux premiers rangs . 

image

image

Le prix : 205 € pour les 4 jours (sans camping ), 25 € le camping (quelque soit le nombre de nuit), 90 € pour 1 jours, 10 € le burger, 2,5 € la bouteille d’eau de 25 cl. (le business quoi) Merci Live Nation !!!

La division des fosses : Pour couper court à toute ambiance rien de mieux que de diviser les fosses, pour les chapiteaux rien de très grave, division en deux comme ça se fait généralement. Pour la main stage, là c’est peut être le record du monde, division en 6 de la fosse, rien de mieux pour casser encore plus le contact entre les artistes et le public. 

Le manque de laisser aller : Ouais parce qu’un festival c’est pas seulement des concerts mais c’est aussi une ambiance, des rencontres et à Rock Werchter on est loin de tout ça. On a peut être croisé une ou deux personnes bourré sur 150 000, c’est quand même peu et les gens sont assez renfermé sur leurs expériences du concert et ne partagent pasces moments avec les autres festivaliers. L’organisation presque militaire du festival et la mentalité flamande et hollandaise n’y sont surement pas pour rien. 

Top 3 des meilleurs concerts

N° 1 : Foals : Les anglais font parti des seuls qui ont réussi à retourner le chapiteau de la klub C et aussi les seuls qui ont donné l’impression d’avoir tout donné. En effet, ils n’ont pas manqué à leur réputation de bêtes de scène, avec leur puissance de feu sur des morceaux comme Inhaler ils sont capable de mettre une grosse claque à tout le monde mais aussi avec des morceaux beaucoup plus envoutant comme Spanish Sahara, les Foals peuvent emporter avec eux plus de 10 milles personnes. C’était donc Le concert de Rock Werchter 2014 pour Radical Touch.

image

N° 2 : Damon Albarn : On venait d’arriver à Werchter après une heure de train et heure de marche avec des sacs de 5 tonnes sur les épaules. On venait juste de finir d’installer nos tentes que nous sommes parti en direction de London Grammar. On était crever et London Grammar, nous a encore plus endormi. Et puis là juste après une falafel à 7,50 €, est arrivé Monsieur Damon Albarn qui nous a éblouie par ça fragilité sur ces morceaux de son album solo mais aussi par sa présence, son charisme et parfois son arrogance sur les morceaux de Gorillaz et Blur. L’un des grands moments de ce festival avec un Damon Albarn qui se bonifie avec le temps.

Ci-dessous le tube Clint Eastwood à Werchter !

https://www.youtube.com/watch?v=bGEBmLRlEFQ

N° 3 : Stromae : Le bruxellois était attendu comme une légende pour le dernier concert de ce Rock Werchter 2014 et il n’a pas déçu ! Ce concert était avant tout historique pour Werchter car c’était la première fois qu’un artiste belge francophone se produisait sur la Main Stage pour finir le festival. Autant vous dire qu’il avait de la pression, mais le maestro ne sait pas défiler, il a su pendant une heure rassembler flamand et wallon (après l’illimination de la belgique en Coupe du Monde) à grand coup de tube et de “Compatrioteeeeeeeee !!!!” lancer en direction de la foule. Stromae a donc terminer cette évènement en faisant danser plus de 50 000 festivaliers et en nous communiquant sa joie de jouer à la maison ! 

Ci-dessous, Papaoutai à Rock Werchter ! 

https://www.youtube.com/watch?v=lZPjsFu-TJk

Le pire concert : 

Et le grand gagnant est Skrillex !!! Comment dire ? Le concert fut une bouillie musicale, percher sur son vaisseau horrible, Skrillex nous a envoyé : un coup du roi lion, un coup du Daft Punk et quand même un peu de ses sons, tout ça sans aucun lien et en zappant toute les minutes voir les 30 secondes. De plus, le DJ à la coupe de cheveux horrible passait plus son temps debout sur son vaisseau à lancer des “come on rock werchter !!” que derrière les platines. Le show visuel n’a lui pas arrangé les choses, on se croyait dans un jeux vidéo de mauvais gouts. Bref, ce fut la bonne grosse bouse de ce Rock Werchter 2014 ! 

Note : 3/5 

A très bientôt pour le bilan du Cabaret Vert !!! #RadicalTouch 

Rendez-vous samedi soir, pour le bilan des festivals de l’été de Radical Touch ! 

Avec au programme : Rock Werchter, Dour Festival, Les Nuits Secrètes et le Cabaret Vert. 

Pour vous faire patienter jusque là, une petite vidéo du set de Boys Noize au festival Les Nuits Secrètes, on peut y voir que le berlinois était particulièrement en forme cette nuit là !!!

A Vendredi ! #RadicalTouch