Premier bilan des festivals de l’été, l’énorme festival belge : ROCK WERCHTER !

On commence fort ce bilan des festivals de l’été, avec le gigantesque festival flamand : Rock Werchter. 

L’adjectif gigantesque est sans doute ce qui convient le mieux à ce festival, aussi bien du point de vue de la programmation que du point de la taille du parc du festival. En effet, il n’y a pas plus d’une dizaine de festivals dans le monde capable de programmer autant de têtes d’affiche sur 4 jours et d’accueillir 88 000 festivaliers par jour.

image 

Les points positifs :

 L’organisation : très peu de queues à l’entrée du festival et du camping, pratiquement pas de retard dans les concerts, jamais de queues aux buvettes, aux stands de restaurations et aux stands de tickets. 

La programmation (of course) : quand faut faire un choix entre Franz Ferdinand et Foals (chez Radical Touch on a choisi Foals) ou entre MGMT et Kings Of Leon (on a choisi Kings Of Leon), c’est qu’il y a quand même un sacré niveau. 

La diversité des nationalités dans le public : Ouais parce que c’est quand même sympa d’attendre avant un concert et d’entendre à ta droite de l’espagnol, à ta gauche de l’anglais, devant toi de l’allemand et derrière toi du néerlandais (bon ok les deux dernières sont pas les langues les plus sexy).

Les belles flamandes : Parce que quand un concert est pourri tu peux toujours regarder les belles flamandes au dessus de la foule.

Les points négatifs : 

Le monde : 88 000 festivaliers c’est trop pour apprécier un festival correctement. En effet, on sait plusieurs fois avoir parce que à Rock Werchter pour avoir une place à peu près potable faut arriver 15 min à l’avance (pour les concerts sous les chapiteaux) et au moins 30 min à l’avance (pour les concerts sur la main stage ). 

La Main Stage : Sur les vidéos des aftermovies, on vous vend cette scène comme “the place to be” où il y a une ambiance de fou et où les concerts sont tous exceptionnels. Mais en réalité c’est une tout autre histoire. En effet il est pratiquement impossible pour les artistes de faire un bon concert devant une plaine de 70 000 personnes qui s’étend sur plusieurs centaine de mètres. Il est aussi difficile pour les festivaliers d’apprécier un concert, quand ils sont à plus de 50 m et qu’ils doivent regarder le concert sur les écrans géants. Même pour les festivaliers tout proche de la scène c’est pas la joie, celle-ci est tellement imposante que sa hauteur bouche la vue aux premiers rangs . 

image

image

Le prix : 205 € pour les 4 jours (sans camping ), 25 € le camping (quelque soit le nombre de nuit), 90 € pour 1 jours, 10 € le burger, 2,5 € la bouteille d’eau de 25 cl. (le business quoi) Merci Live Nation !!!

La division des fosses : Pour couper court à toute ambiance rien de mieux que de diviser les fosses, pour les chapiteaux rien de très grave, division en deux comme ça se fait généralement. Pour la main stage, là c’est peut être le record du monde, division en 6 de la fosse, rien de mieux pour casser encore plus le contact entre les artistes et le public. 

Le manque de laisser aller : Ouais parce qu’un festival c’est pas seulement des concerts mais c’est aussi une ambiance, des rencontres et à Rock Werchter on est loin de tout ça. On a peut être croisé une ou deux personnes bourré sur 150 000, c’est quand même peu et les gens sont assez renfermé sur leurs expériences du concert et ne partagent pasces moments avec les autres festivaliers. L’organisation presque militaire du festival et la mentalité flamande et hollandaise n’y sont surement pas pour rien. 

Top 3 des meilleurs concerts

N° 1 : Foals : Les anglais font parti des seuls qui ont réussi à retourner le chapiteau de la klub C et aussi les seuls qui ont donné l’impression d’avoir tout donné. En effet, ils n’ont pas manqué à leur réputation de bêtes de scène, avec leur puissance de feu sur des morceaux comme Inhaler ils sont capable de mettre une grosse claque à tout le monde mais aussi avec des morceaux beaucoup plus envoutant comme Spanish Sahara, les Foals peuvent emporter avec eux plus de 10 milles personnes. C’était donc Le concert de Rock Werchter 2014 pour Radical Touch.

image

N° 2 : Damon Albarn : On venait d’arriver à Werchter après une heure de train et heure de marche avec des sacs de 5 tonnes sur les épaules. On venait juste de finir d’installer nos tentes que nous sommes parti en direction de London Grammar. On était crever et London Grammar, nous a encore plus endormi. Et puis là juste après une falafel à 7,50 €, est arrivé Monsieur Damon Albarn qui nous a éblouie par ça fragilité sur ces morceaux de son album solo mais aussi par sa présence, son charisme et parfois son arrogance sur les morceaux de Gorillaz et Blur. L’un des grands moments de ce festival avec un Damon Albarn qui se bonifie avec le temps.

Ci-dessous le tube Clint Eastwood à Werchter !

https://www.youtube.com/watch?v=bGEBmLRlEFQ

N° 3 : Stromae : Le bruxellois était attendu comme une légende pour le dernier concert de ce Rock Werchter 2014 et il n’a pas déçu ! Ce concert était avant tout historique pour Werchter car c’était la première fois qu’un artiste belge francophone se produisait sur la Main Stage pour finir le festival. Autant vous dire qu’il avait de la pression, mais le maestro ne sait pas défiler, il a su pendant une heure rassembler flamand et wallon (après l’illimination de la belgique en Coupe du Monde) à grand coup de tube et de “Compatrioteeeeeeeee !!!!” lancer en direction de la foule. Stromae a donc terminer cette évènement en faisant danser plus de 50 000 festivaliers et en nous communiquant sa joie de jouer à la maison ! 

Ci-dessous, Papaoutai à Rock Werchter ! 

https://www.youtube.com/watch?v=lZPjsFu-TJk

Le pire concert : 

Et le grand gagnant est Skrillex !!! Comment dire ? Le concert fut une bouillie musicale, percher sur son vaisseau horrible, Skrillex nous a envoyé : un coup du roi lion, un coup du Daft Punk et quand même un peu de ses sons, tout ça sans aucun lien et en zappant toute les minutes voir les 30 secondes. De plus, le DJ à la coupe de cheveux horrible passait plus son temps debout sur son vaisseau à lancer des “come on rock werchter !!” que derrière les platines. Le show visuel n’a lui pas arrangé les choses, on se croyait dans un jeux vidéo de mauvais gouts. Bref, ce fut la bonne grosse bouse de ce Rock Werchter 2014 ! 

Note : 3/5 

A très bientôt pour le bilan du Cabaret Vert !!! #RadicalTouch 

Rendez-vous samedi soir, pour le bilan des festivals de l’été de Radical Touch ! 

Avec au programme : Rock Werchter, Dour Festival, Les Nuits Secrètes et le Cabaret Vert. 

Pour vous faire patienter jusque là, une petite vidéo du set de Boys Noize au festival Les Nuits Secrètes, on peut y voir que le berlinois était particulièrement en forme cette nuit là !!!

A Vendredi ! #RadicalTouch    

Première playlist de ce mois : Radical Touch #1 (septembre 2014) 

Au menu de cette première playlist de Radical Touch, des morceaux tout frais (comme le nouveau SBTRKT), un classique (avec The Big Pink), du bon rock qui tache (Death From Above) et des découvertes ( avec Le Duc Factory et Camp Claude).

  1. The Heat - Jungle 
    Jungle (2014)
  2. Are You Experiencing - Rich Aucoin 
    Are You Experiencing (2014)
  3. 3. 2 Is 8 - Lone
    Really Testing (2014)
  4. Ode to Viceroy - Mac Demarco
    2 (2012)
  5. La malinche - Feu! Chatterton
    Feu! Chatterton EP (8 septembre 2014) 
  6. Angel - Touch Me - The 2 Bears 
    Angel (Touch Me) (2014)
  7. Cheap Beer - FIDLAR
    FIDLAR (2013)
  8. Girl - Jamie XX
    Girl/Sleep Sound (2014)
  9. Trap - Camp Claude
    Hurricanes (22 aout 2014) 
  10. Trainwreck 1979 - Death From Above 1979
    The Physical World (5 septembre 2014) 
  11. Debaser - Le Duc Factory 
    Redoo (Compilation 2012)
  12. Himalayan - Band Of Skulls
    Himalayan (2014)
  13. Higher - SBTRKT, Raury 
    Higher (9 septembre 2014) 
  14. Heart - Darkside 
    Psychic (2013)
  15. Dominos - The Big Pink  
    A Brief History Of Lve (2009) 

Bonne écoute !!! #RadicalTouch